Le marquage en SR

Soldats du feu

Il est naturellement plus facile de réagir et d’exécuter une action quand nous avons reçu un ordre, ou dans le cadre d’une mission. Mais il est primordial que cette demande soit claire, concise et simple, surtout si les enjeux sont humains.

En secours routier, nous ne dérogeons pas à cette règle : le chef d’agrès utilise le SMES. Ce cadre d’ordre est complété par un marquage qui assure la sécurité du dernier « S ».

Le bon sens

Par expérience, pour que le marquage soit compris de tous, il doit être le plus simple possible. Cette notion est d’autant plus valable dans notre métier, où les acronymes sont légion et les informations toutes plus importantes les unes que les autres.

Depuis quelques années, on voit toutes sortes de messages fleurir sur les véhicules accidentés ! Sur intervention, de plus en plus de chefs d’agrès se « lâchent » et tracent un grand nombre de sigles sur les voitures, si bien qu’il n’y a plus de place sur les montants ou sur les rails de toit pour y apposer le fameux et seul trait, le marquage de coupe nécessaire à la technique.

On y voit même parfois des sigles méconnus des sapeurs-pompiers. Certains auraient dû choisir les beaux-arts…

Effectivement, les véhicules « nouvelle génération » regorgent de nombreuses sécurités passives, de renforts et de particularités. Bien sûr, il est important de vivre avec son temps et d’utiliser les éléments en notre possession ou disponibles… mais sans tomber dans la surenchère. Pensons à nos équipiers qui veulent de la simplicité !

Sur le terrain

Avec son dégarnisseur, sa FAD tablette ou portable, le chef d’agrès peut commencer le marquage sur les endroits non renforcés ou en l’absence de risques.

Il reprend son SMES et, dans son dernier S, il précisera : « Pour réaliser la technique, vous devez couper SUR le trait. »

 

Cas particulier

Lors d’une intervention pour accident impliquant plusieurs véhicules, il peut être intéressant d’apposer sur un endroit visible (sur des véhicules non détériorés, il est fortement recommandé d’utiliser le pare-brise comme zone de marquage) :

Là encore, il faut rester simple et garder à l’esprit que rien n’est obligatoire et que d’autres caractéristiques visuelles peuvent aussi permettre de différencier les voitures (marque, couleur, etc.).

Le mot d’ordre : faites simple, ça coupe…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

0
    Mon panier
    Votre panier est videRetour au site